En Pologne, l’industrie se maintient et ne prête pas attention aux infections et aux restrictions. C’est ce que révèlent les dernières données de l’Office central des statistiques (GUS), selon lesquelles la production en décembre a augmenté de plus de 11 % sur une base annuelle. Les économistes s’attendaient à un bon résultat, mais la dernière lecture a dépassé leurs attentes. C’est l’un des meilleurs résultats de la dernière décennie.

Malgré la deuxième vague de la pandémie au quatrième trimestre 2020 et les restrictions qui en ont résulté, l’industrie polonaise s’est mieux comportée que prévu dans ces conditions difficiles.  C’était un vrai rollercoaster, en avril, la baisse était encore au niveau de 25%.

La chaîne allemande de discount alimentaire Lidl a décidé d’allouer pour le développement en Pologne 50% de plus de fonds par rapport à 2020. La chaîne de 700 magasins qui embauche 23 000 d’employés lance au printemps la construction d´un nouveau de distribution avec 200 nouveaux postes de travail. Pareil pour la droguerie Rossmann qui pense ouvrir en Pologne durant l´année 2021, 100 magasins supplémentaires. Aussi, la chaîne Auchan a le projet de développer la franchise.

Les Fonds européens de reconstruction destinés à aider les entreprises touchées par la pandémie arriveront dans l’économie polonaise vers le troisième trimestre de cette année. Le premier ministre a annoncé que la Pologne a négocié à Bruxelles des moyens sans précédent.

Selon les calculs présentés par la Commission européenne, la Pologne recevra 18,9 milliards d’euros dans les années 2021-2022, avec 4,1 milliards d’euros supplémentaires en 2023. Ce dernier montant dépendra toutefois du taux de chômage en Pologne.

Les entreprises du BTP en Pologne, non seulement affichent d’excellents résultats, mais leurs actions atteignent également des sommets pluriannuels en bourse. Le leader du secteur Budimex a été estimé par les investisseurs à 2 milliards d´euros, ce qui n´est jamais arrivé dans l´histoire.

Au 3ème trimestre de 2020 le bénéfice net de Budimex était au niveau de 32M€. D´autres acteurs du secteur comme Mirbud, Erbud, Polimex ont aussi noté une hausse significative. La situation est semblable dans la construction de l´infrastructure routière et ferroviaire.

Le gouvernement suédois a demandé l’approbation du Parlement pour conclure un accord avec la Pologne afin de fournir deux sous-marins d’occasion de classe A17 Södermanland de la marine suédoise.

L’acquisition des sous-marins d’occasion comblera un vide jusqu’à ce que le programme d’acquisition de sous-marins de nouvelle génération Orka soit finalisé par la Pologne.

La marine suédoise possède deux sous-marins d’attaque diesel-électrique de classe Södermanland. Ces sous-marins font 60,5 mètres de long et 6,1 mètres de large et peuvent atteindre une vitesse de 20 nœuds lorsqu’ils sont immergés. Leurs systèmes d’armes sont capables de tirer des torpilles en utilisant six tubes de 533 mm et trois tubes de 400 mm.

Actuellement, la Pologne exploite un seul sous-marin de la classe Kilo qui date de la fin des années 1980, ainsi que deux sous-marins Kobben qui sont beaucoup plus anciens et doivent être remplacés.

La société suédoise Saab Kockum est également en course pour fournir à la Pologne ses sous-marins de classe A26 dans le cadre du programme Orka, qui devrait coûter quelque 10 milliards de zlotys (2,6 milliards de dollars).  Les autres soumissionnaires sont le groupe naval français avec ses sous-marins de la classe Scorpène et l’entreprise allemande ThyssenKrupp Marine Systems qui propose ses navires de la classe 212CD.

La start-up Hyper Poland, basée à Varsovie, cherche à lever 452 000 euros pour financer la poursuite des essais et du développement, basés sur la lévitation magnétique, le moteur linéaire et les systèmes de contrôle autonomes.

Hyper Poland est actuellement la seule entreprise au monde à effectuer des recherches sur cette technologie et estime que la mise en œuvre progressive de solutions inspirées de l’hyperboucle apportera une innovation bien nécessaire à l’industrie ferroviaire, en particulier face à la concurrence féroce des autres moyens de transport.

La technologie unique d’Hyper Poland, en instance de brevet, est centrée sur un système de magrail – un train à lévitation magnétique passive fonctionnant sur les voies ferrées conventionnelles existantes à des vitesses allant jusqu’à 300 km/h ou 415 km/h sur les lignes à grande vitesse. Cette solution hybride permet d’utiliser à la fois le système magrail et les trains conventionnels sur les mêmes voies, car les opérateurs ferroviaires amortissent leur matériel roulant existant. En se tournant vers l’avenir, Hyper Poland espère que la technologie pourra être transformée en un système d’hyperrail à vide atteignant une vitesse maximale de 600km/h sur les voies conventionnelles existantes et de 1 000km/h sur les lignes ferroviaires à grande vitesse. L’étape finale de cette transformation consistera à construire des voies dédiées pour permettre à l’hyperboucle de circuler à une vitesse pouvant atteindre 1 200 km/h.d

Les ventes en monnaie locale de sa chaîne de supermarchés Biedronka en Pologne ont fait un bond de 8,8 % en 2019, malgré la nouvelle réglementation qui interdit l’ouverture des supermarchés certains dimanches. Dans la même déclaration, elle a indiqué que le secteur de la vente au détail en Pologne s’adapte à la mise en œuvre progressive de l’interdiction du commerce du dimanche, qui a entraîné une diminution de 13 jours de commerce l’année dernière, en plus des 21 déjà perdus en 2018.

Toujours en Pologne, les ventes de la chaîne de santé et de beauté Hebe ont augmenté de 25,9 % l’année dernière. L’une des plus grandes réalisations de Jéronimo l’an dernier a été d’atteindre la barre du milliard d’euros d’EBITDA, soit 8,9 % de plus qu’en 2018. La société a expliqué que cette croissance “reflète la résistance de la marge EBITDA de Biedronka”, ainsi que les améliorations de sa chaîne de supermarchés Pingo Doce et d’autres entreprises.

Biedronka a enregistré un EBITDA de 918 millions d’euros l’année dernière, soit une augmentation de 7,9 % par rapport à 2018.

Le plus grand raffineur de Pologne, PKN Orlen, a déclaré mardi qu’il augmentait de 100 000 tonnes ses achats mensuels de pétrole brut saoudien pour ses raffineries en Pologne, Lituanie et République tchèque, pour les porter à 400 000 tonnes.

“C’est une nouvelle étape sur la voie de la sécurisation de l’exploitation des usines de notre groupe et de l’augmentation de la sécurité énergétique de la Pologne”, a déclaré le PDG de PKN, Daniel Obajtek, dans un communiqué. “Nous renforçons constamment notre position commerciale dans différentes régions du monde. Ce processus facilitera sans aucun doute la finalisation de l’acquisition de Grupa Lotos, lorsque nous deviendrons un important destinataire de pétrole brut pour les partenaires mondiaux”.

LaPologne a mis en place de nouvelles règles pour effectuer des paiements aux assujettis à la TVA, selon lesquelles, dans des cas particuliers, le montant de la TVA doit être versé sur le compte bancaire séparé du fournisseur (paiement fractionné). Cette mise en œuvre s’inscrit dans le prolongement du processus de mise sous scellés du système de TVA en Pologne et a remplacé la méthode d’auto-liquidation pour le règlement de la TVA dans les transactions nationales.

La nouvelle législation est entrée en vigueur à partir du 1er novembre 2019 et exige l’application obligatoire du paiement fractionné à la vente de certaines sortes de biens ou de services dépassant 15 000 PLN, inclus dans la nouvelle annexe 15 de la loi sur la TVA. La liste des biens et services soumis au mécanisme obligatoire de paiement fractionné est disponible en anglais sur le site web de la législation de l’Union européenne (traduction organisée par l’UE).